Le temps : une valeur précieuse et pourtant si difficile à maîtriser (part 2/2)

Le 29 février dernier, je vous proposais de réfléchir à la valeur que nous accordons au temps. Cette réflexion portait sur deux aspects essentiels de notre gestion du temps :

  • Ceux avec qui nous le partageons (c’est le thème traité dans la première partie de cet article)
  • Ce que nous en faisons, que je vous propose d’aborder aujourd’hui sous l’intitulé de « Sentiment d’efficacité personnelle »

Ce matin, sur la suggestion d’une de mes clientes, j’ai visionné un TED Talk qui m’a beaucoup amusée mais surtout qui m’a poussée à écrire cet article auquel je pense depuis longtemps et que je pourrais résumer sous l’intitulé : « Procrastination et sentiment d’efficacité personnelle ».

 

Combien de fois vous êtes-vous surpris-e-s à attendre la dernière minute pour agir, alors que vous savez depuis longtemps que vous devez faire cette action pour une date bien déterminée ?

Combien de « travaux en urgence » avez-vous rendu ou effectué, alors qu’au moment où vous avez décidé de les faire vous aviez largement le temps de l’exécuter « dans les règles de l’art », c’est-à-dire en accord avec votre niveau d’exigence et de satisfaction personnelle ?

Je suis sûre que vous avez déjà en tête bien des exemples.

 

La procrastination, consciente ou inconsciente, joue un rôle essentiel sur notre « sentiment d’efficacité personnelle ». Utiliser son temps pour faire les choses qui nous incombent, peu importe leur degré d’importance, et dans le respect de notre degré d’exigence envers nous-mêmes constitue la base de notre sentiment d’efficacité personnelle.

Vous l’avez déjà ressenti, j’en suis sûre ! Quand à l’issue d’une journée vous faites le point sur ce que vous avez réalisé et que la « to do list » du matin a considérablement diminué, vous êtes satisfait-e de vous, de l’utilisation que vous avez fait de votre temps. Ou lorsque vous avez accompli une tâche compliquée, importante, qui méritait que vous y consacriez du temps et qui vous tenait à cœur (comprendre « doit être bien faite ») et que vous avez le sentiment d’avoir répondu de manière optimale aux exigences de cette tâche, dans le temps imparti. Quelle satisfaction personnelle ! Quelle optimisation du temps passé !

 

Mais voilà. Ce sentiment d’efficacité personnelle n’est pas toujours positif ni satisfaisant. Pourtant nous savons à quel point il est agréable de se sentir efficace. Alors pourquoi procrastinons-nous ? Pourquoi n’utilisons nous pas notre temps de façon efficiente ?

 

Le TED Talk donne une réponse amusante mais tellement vraie pour beaucoup d’entre nous : sans l’effet de « Monsieur Panique », notre « Monkey » prend la barre car nous tendons à préférer effectuer des tâches amusantes et agréables plutôt que difficiles et contraignantes. La notion de « Plaisir » prend alors le dessus sur la « Contraintes », le « Désir » sur l’ « Obligation ». Mais où poser la notion d « Exigence » dans ce décor, de « Satisfaction personnelle » et donc d’ « Estime de soi » ? L’individu est un être complexe, qui lutte sans cesse contre ses « conflits intérieurs ». Comment résoudre ces conflits, comment répondre à nos différents besoins, satisfaire nos différentes demandes alors même qu’elles sont contradictoires ?

 

La réponse que je vous propose est d’évaluer notre valeur du temps. Quelles sont nos priorités, aujourd’hui, demain, pour la vie, pour les générations d’après ? Comment ménager (ou manager ;)) notre temps pour optimiser notre sentiment global d’efficacité personnelle ?

 

Le sentiment d’efficacité personnelle fonctionne un peu comme une échelle d’évaluation. Il est variable selon les tâches : les tâches quotidiennes « à faible valeur ajoutée » bien que nécessaires et utiles, génèrent un sentiment différent d’une tâche ponctuelle à « forte valeur ajoutée ». Mais il varie également selon les « phases de vie », notre degré d’exigence, notre vision globale de ce que devrait être notre passage sur terre. Bref, selon nos priorités « conscientes » du moment, quelles qu’elles soient.

 

Si vous ajoutez à cela la notion en Analyse Transactionnelle des « Drivers » ou messages contraignants qui nous guident en situation de stress (Sois parfait, Fais Plaisir, Fais vite, Sois fort, Fais des efforts) et impactent notre ordre des priorités de façon « inconsciente », il apparaît d’autant plus essentiel de bien évaluer sa valeur du temps.

 

Beaucoup de mes clients me parlent de leur insatisfaction face à « du temps perdu » selon eux (manque de plaisir au travail, manque de sens dans ce qu’ils font, mauvaise gestion de leur temps les empêchant d’être plus disponibles pour leurs enfants, leurs amis ou famille…). Chaque fois je les amène à réfléchir sur leur rapport au temps de la façon suivante (et je vous invite à faire ce petit exercice) :

 

1/ Evaluez vos tâches sur 1 journée ou 1 semaine selon les 3 critères suivants, puis évaluez le résultat :

 

Tâches effectuées

Importance

Degré d’exigence souhaité

Temps passé

Degré d’exigence obtenu

SEP

 

 

 

 

 

 

 

Exemple :

Tâches effectuées

Importance

Degré d’exigence souhaité

Temps passé

Degré d’exigence obtenu

SEP

Préparer un rendez-vous client important

8/10 (j’ai eu du mal à décrocher ce rendez-vous)

10/10 (il est déterminant pour mon activité)

30 minutes (procrastination dûe à la complexité et aux enjeux importants)

5/10

---

Rédiger un article

5/10 (je n’ai pas de dead-line et ne suis pas contrainte de le faire mais ce serait bien)

8/10 (il doit être intéressant et utile pour mes lecteurs sinon à quoi bon…)

3h30

8/10

++

Ranger la maison

4/10 (peut être fait n’importe quand dans la semaine)

8/10 (ma mère arrive pour le we, il faut que ce soit nickel)

4h (je suis la seule à ranger !)

7/10

+

Etc.

 

 

 

 

 

 

Au regard de l’ensemble du tableau, comment vous situez-vous dans la colonne SEP ? +++, ++, +, -, --, ---.

 

2/ Si votre évaluation est plutôt négative, réfléchissez à ce que vous pourriez changer : 

  • La nature des tâches elles-mêmes ? (déléguer les tâches chronophages à faible valeur ajoutée, ou faites-vous aider par vos enfants, votre conjoint…)
  • La répartition des tâches entre importantes et peu importantes ? (trop de tâches importantes dans une même journée ou semaine risquent de vous épuiser et de vous empêcher d’atteindre votre degré d’exigence pour chacune d’elles)
  •  Le degré d’exigence imposé ? (tout ne doit pas nécessairement être parfait ! Evaluez d’abord ce qui requière réellement une exigence forte et « lâchez prise » sur des tâches à plus faible valeur ajoutée)
  • Le temps passé ? (donnez-vous des durées approximatives, en particulier sur les tâches à faible valeur ajoutée, afin de ne pas déborder sur le temps nécessaire à celles à forte valeur ajoutée et restez concentrés)
  • Les raisons d’une procrastination ? (pourquoi ai-je attendu le dernier moment au risque de « saboter » cette tâche ?)
  • Lequel de mes drivers a pris le contrôle et pourquoi ? (« Sois parfait » impose un fort degré d’exigence qui n’est pas toujours nécessaire, « Fais plaisir » impose des tâches dont le degré d’importance ne m’appartient pas vraiment, « Fais des efforts » peut imposer une notion de contrainte qui, si elle n’est pas perçue lors de la réalisation de la tâche diminue son degré de SEP, etc.).

Comme vous le voyez, il existe une multitude de pistes à explorer pour augmenter son sentiment d'efficacité personnelle. Laquelle choisirez-vous ?

 

Je conclurai cet article par une phrase qu’une femme chef d’entreprise formidable rencontrée cette semaine lors d’une conférence a dite :

 

 

« Le temps est la seule ressource qui ne se renouvelle pas. »

 

 

Je vous invite dès à présent à en mesurer la portée et la signification sur votre vie de tous les jours.

 

Quelle valeur allez-vous décider d’accorder au temps ? La conclusion du TED Talk ci-dessous vous aidera peut-être à mieux l’utiliser, et dès aujourd’hui.

 

https://www.ted.com/talks/tim_urban_inside_the_mind_of_a_master_procrastinator?language=fr

 

Et si vous souhaitez être accompagné-e pour améliorer votre gestion du temps, votre sentiment d’efficacité personnelle et ainsi votre estime de soi, ou réduire la prise de contrôle de vos drivers inconscients, n’hésitez pas à me contacter. C’est une thématique qui m’est chère et que j’aborderai avec vous le temps que vous voudrez bien y consacrer.

 

MERCI POUR VOTRE TEMPS !

 

N.B. : Il existe d’autres rapports Tâche/Temps pour évaluer votre capacité à optimiser votre temps et à profiter pleinement de chaque instant, pour vous-mêmes, dans vos relations, dans votre travail… Le coaching permet une approche personnalisée de votre valeur du temps et adapte ses outils et techniques pour répondre au mieux à vos besoins et attentes.

Écrire commentaire

Commentaires : 0