Débutant-e-s, parcours atypiques et reconversion professionnelle : les « 2 minutes pour convaincre » pas si faciles à élaborer !

« Art de synthèse, de conviction et de séduction,le pitch de l’ascenseur fait partie des incontournables que tout salarié,

quelle que soit son évolution de carrière, a intérêt à travailler … »

Olivier Gélis, Directeur Général de Robert Half France

Si vous êtes en cours de recherche d’emploi ou de stage ou que vous vous préparez à changer de poste ou à passer votre entretien annuel, vous savez que vous devez préparer à ces 2 premières minutes appelées également « Pitch de l’ascenseur ».

 

 

Mais voilà. Plus facile à dire qu’à faire car lorsque vous regardez en arrière et retracez votre parcours de formation ou professionnel, rien ne semble aller ensemble. C’est ce que l’on appelle un parcours atypique.

 

Pour vous aider, voici quelques principes pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’élaboration de vos 2 premières minutes.

 

1/ Commencez par la fin

Ce que vous allez présenter de votre parcours jusqu’à aujourd’hui doit avoir un sens pour votre interlocuteur. Donc vous devez y intégrer exclusivement les éléments qui servent votre objectif actuel.

Exemple :

Dans votre parcours, vous avez passé une année en stage à l’étranger ce qui vous a permis d’être bilingue.

  • vous postulez pour un emploi dans une multinationale : c’est un atout majeur que vous devez mettre en valeur dans votre présentation.
  • vous postulez pour un emploi dans une entreprise franco-française dont la plupart des clients se situe sur le territoire français : il n’est pas nécessaire de mettre l’accent sur la langue en elle-même dans votre pitch de présentation initial, mais vous pouvez par exemple insister davantage sur les bénéfices retirés de cette expérience (capacité d’adaptation, ouverture, autonomie, etc.)

Donc il est essentiel, avant de se lancer dans l’élaboration de votre pitch, de définir votre objectif. Celui-ci peut être fixe (dans le cadre par exemple d’un entretien annuel : obtenir une augmentation, une promotion, des moyens supplémentaires, des objectifs plus réalisables, une mutation, etc.) ou « adaptable » dans le cadre par exemple d’une recherche d’emploi, où votre objectif sera de « coller » à la définition du poste auquel vous postulez.

 

Cet objectif sera votre fil rouge, ou fil conducteur, pour l’élaboration de votre présentation.

 

2/ Soyez incollable sur votre objectif.

Tout savoir de votre objectif vous permettra de bien sélectionner les éléments de votre parcours qui y répondent.

Il est donc nécessaire, une fois l’objectif clairement identifié, de le creuser dans le détail.

Exemple :

Vous postulez à un poste de chef de produit.

L’intitulé, commun à bon nombre d’entreprises, ne sous-entend pas la même charge effective pour chacune d’elles. Dans certains cas, le chef de produit aura la charge d’une gamme de A à Z, d’en d’autres cas, il n’aura qu’une partie de la gestion de la gamme (packaging, étude de marché, achats, promotion, etc.). Si vous mettez en lumière des éléments de votre parcours valorisant vos compétences d’acheteur-euse et que la fonction de chef de produit dans cette entreprise est dissociée de la fonction achat, vous aurez « gaspillé » quelques secondes de vos précieuses 2 minutes.

 

Pour bien connaître votre objectif, vous pouvez :

  • Dans le cadre d’une candidature à un poste précis : vous renseigner sur la fiche de poste auprès de votre interlocuteur avant votre entretien.
  • Pour un intitulé de poste en général (exemple : chef de produit) : faire des fiches métier, interviewer des personnes qui occupent ce poste pour comprendre en quoi il consiste exactement, vous rendre sur les forums des formations pour y découvrir leur définition des intitulés de poste auxquels elles préparent.
  • Dans tous les cas, essayez de vous renseigner sur votre interlocuteur, ses attentes et exigences.

A ce stade, vous savez où vous voulez aller et ce qu’il vous faut pour réussir.

 

3/ Alimentez le fil rouge en conséquence

Maintenant, comment adapter votre parcours pour « coller » aux exigences de votre objectifs ?

Recherchez dans votre parcours les éléments positifs (diplômes, succès tangibles et satisfactions personnelles) qui vont « justifier » votre capacité à atteindre cet objectif et répondre aux attentes de votre interlocuteur.

Exemple :

Vous avez étudié et travaillé durant toute votre carrière dans la comptabilité. Mais aujourd’hui, vous postulez en interne au service ressources humaines (vous avez toujours été attiré-e par l’humain, et vous avez décidé aujourd’hui de tenter votre chance !)

 

Votre expérience et vos compétences en comptabilité ne vous servent à priori à rien dans ce cadre-là. Il va donc falloir trouver dans votre parcours des éléments plus « appropriés » pour occuper ce poste.

Insistez par exemple sur :

  • Vos compétences managériales,
  • Les formations continues et « stages » dont vous avez pu bénéficier et qui vous seront utiles dans ce nouveau poste (management, communication, PNL, et.),
  • Vos qualités personnelles qui répondent aux attentes du responsable RH qui vous reçoit pour l’entretien.

 

Bref, tout ce que vous pouvez trouver dans votre parcours ou vos atouts qui appuiera votre candidature. Dans le cas d'un premier emploi, d'un parcours atypique ou d'une réorientation professionnelle, c'est là que réside la plus grande difficulté. Il convient donc d'y passer du temps.

 

Maintenant, vous savez où vous allez, ce qu’il vous faut pour y aller, et ce sur quoi vous pouvez vous appuyer pour vous y rendre. Continuons…

 

4/ La mise en forme : 2 minutes claires et synthétiques

Rassurez-vous, si vous en êtes là, vous avez fait le plus dur. Reste à présenter tout cela dans un bel emballage, aussi convainquant que vous êtes convaincu-e !

  • Soyez structuré-e et synthétique : présentez votre formation (s’il y a lieu), le-s poste-s que vous avez occupé-s (ceux que vous aurez identifiés comme adapté pour valoriser CETTE candidature précisément) complétés d’un ou deux exemple-s de réalisation-s réussie-s, et/ou vos compétences personnelles, mises en valeur par des exemples de réalisations (associations, stages, expériences personnelles, etc.). L’articulation entre ces points clés doit être fluide pour démontrer la cohérence et l’adéquation entre vous et l’objectif, mais également entre votre objectif et les attentes de votre interlocuteur.
  • Annoncez votre objectif : pour intéresser votre interlocuteur et lui donner envie de poursuivre son entretien avec vous, il faut que votre objectif coïncide le plus possible avec ses attentes. Exemple : « … et c’est ce qui m’amène aujourd’hui à postuler pour ce poste (adéquation vous/objectif). Je souhaite… (adéquation objectif/attentes).»
  • Soignez le fond et la forme : votre discours doit être :
    • POSITIF (pas de formule négative)
    • SIMPLE (des phrases courtes, pas de grandes tirades)
    • ATTRACTIF (adaptez votre timbre de voix pour que votre interlocuteur retienne les points que vous souhaitez mettre davantage en valeur)
    • et TENIR EN 2 MINUTES (vous aurez le temps de revenir sur les points que votre interlocuteur jugera comme intéressant de détailler, ie ceux que vous aurez pris soin de souligner)

 

Entraînez-vous, chronomètre à la main, devant un miroir, des amis ou parents BIENVEILLANTS et pensez à respirer. Vous ne devez pas réciter mais vous devez connaître par cœur le déroulé de ces deux minutes.

 

Votre pitch est prêt. Félicitations ! Travaillons le reste maintenant.

 

5/ Anticipez les objections et questions délicates sur votre parcours atypique

Votre entretien dépend en grande partie de ce que vous aurez pu dire durant ces deux premières minutes. Néanmoins, il ne dure PAS QUE deux minutes et votre parcours atypique va nécessairement entraîner des questions « délicates » sur vos choix passés et actuels.

Il convient donc de préparer les « non-dits » autant que le reste. 

Sachez présenter vos échecs, vous changements de direction ou d’orientation, vos autres choix passés de façon honnête mais positive, et ramenez toujours votre interlocuteur sur votre objectif actuel.

Exemple :

« La comptabilité répondait à mes aspirations lors de mes études. Le côté structuré et la variété des domaines d’application me rassuraient.  Aujourd’hui je souhaite découvrir d’autres domaines plus en adéquation avec mes attentes actuelles, c’est la raison pour laquelle je postule à ce poste. »

Ne jamais mentir, mais mettre davantage l’accent sur ce que vous souhaitez que l’on retienne de vous.

 

6/ Vous y êtes : la posture, le stress, comment garder la plus grande maîtrise durant ces 2 minutes ?

Vous avez tout « verrouillé ». Vous êtes prêt. Mais qu’en est-il de votre émotivité ?

Plus vous serez « prêt-e » pour cet entretien, moins elle aura d’influence sur votre posture.

Mais pour vous aider, quelques astuces :

  • Travaillez sérieusement chaque entretien.
  • Respirez bien avant l’entretien pour vous détendre.
  • Soyez attentif-ve aux gestes et regards de votre interlocuteur durant votre présentation. Ils vous aideront à analyser son feedback, au-delà de ce qui vous sera dit par les mots.
  • Analysez systématiquement, rapidement, après votre entretien, votre performance (ai-je été suffisamment synthétique, clair-e, percutant-e, positif-ve, etc.) et identifiez ce que vous pouvez améliorer dans votre discours.

 

Tout ce travail de préparation et d’analyse de votre performance (sur le fond et la forme) vous permettront de gagner en confiance. Vous maîtriserez alors davantage votre émotivité.

 

Le changement est un droit, et parfois même un devoir.

Il peut être difficile, mais certainement pas impossible.

 

Si vous en êtes convaincu-e, vous avez déjà fait le plus dur ! Nous vous aiderons à aller au bout de votre ambition :

autant de formules d’accompagnement pour répondre à vos besoins. N’hésitez pas à nous contacter.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0